Paris-Normandie le 26/08/14

Des jardins citoyens sur les espaces publics à Rouen
Publié le 26/08/2014 á 22H48
Partager
Réagir

Consommation. Des légumes dans la rue ? Inspiré d’un concept britannique, l’association Incroyables comestibles relève le défi.

image_content_general_17522208_20140826211657
Framboise Juin s’occupe du bac pose sur l’Île Lacroix à Rouen
par l’association Incroyables comestibles, une idée contre la crise

En allant prendre son bus, chaque matin, Framboise Juin jette un rapide coup d’œil à son bac. De la ciboulette, du thym, de la menthe, de la marjolaine, un peu de basilic, un pied de betterave, un framboisier sumo, de la salade et un pied de tomate cerise poussent là. Là, en plein milieu de la rue, sur l’Île Lacroix, à Rouen. Il y a quelques semaines, l’association Incroyables comestibles a installé ce bac sur le trottoir. N’importe qui peut piocher dedans. « C’est le principe des jardins citoyens, détaille Framboise Juin avec entrain. On investit des endroits publics et on partage avec des gens que l’on ne connaît pas. »

Prendre le temps

Le dispositif est, selon différentes sources, né en Grande-Bretagne, à Todmorden, en 2008. Une ville tranquille mais totalement sinistrée par la crise économique et le chômage. « Les gens ont commencé à planter dans les lieux publics pour essayer d’atteindre l’auto-suffisance alimentaire », résume Framboise Juin. Le mouvement, à grand renfort d’huile de coude et d’entraide, a fait tache d’huile. Le Canada s’en est emparé, plusieurs institutions comme l’Assemblée nationale du Québec ayant mis leurs jardins à disposition.

En France, le mouvement se développe peu à peu. Dans l’Eure, Incroyables comestibles a pris racine à Verneuil-sur-Avre, Louviers, Thuit-Signol et à Évreux. En Seine-Maritime, les réseaux sociaux ont salué l’arrivée de plantations citoyennes au Havre. À Rouen, peu à peu, les cultivateurs urbains sèment : Île Lacroix, donc, mais aussi à Darnétal, près de Rouen, et, prochainement, en plein centre-ville. Et tant pis si les premiers récoltants ne sont très respectueux : « Là, des salades ont été prises, mais elles n’étaient pas à maturité. Le framboisier, il a été arraché, avec les racines… On va dire que c’est parce que les gens ne savaient pas », sourit Framboise Juin, qui, en sa qualité de membre de l’association, s’occupe du petit bac et prend plaisir à répondre aux questions des passants intrigués : « Cela crée aussi du lien. Il y a une volonté pédagogique dans ce projet. »

Des pancartes dévoilent à quoi correspondent les plants, comment les entretenir simplement et quand les cueillir. Sans se presser, en prenant le temps de regarder les graines pousser… « Nous savons que nous n’arriverons pas à l’auto-suffisance alimentaire mais nous pouvons aider les gens à prendre conscience de ce que nous produisons et de ce que nous gâchons… » Et c’est aussi, pour l’association, une manière de réintroduire du vert au milieu du tout béton.

Anthony Quindroit

Installation d’un bac à l’île Lacroix

Suite à notre rencontre avec Framboise à la fête de Repainville, cette dernière s’est montrée très motivée pour installer à bac à côté de chez elle sur l’île Lacroix (a proximité du Mutant et du bar sur la voie principale).
Nous voilà partis chercher un grand bac que nous avons construit et de l’excellente terre au bout de l’île. Les comestibles (framboisier, fraisier, salade, menthe, ciboulette, betterave…) nous ont gentiment été offerts par Marie de Repainville.

Le bac à peine installé, un passant se demande de quoi il s’agit…

3 jours plus tard, les salades (qui étaient ma foi très alléchantes) ont disparu. Mais le reste était intact, Framboise les a remplacé par des pieds de menthe.

P1060285

Plantation de comestibles à Petit-Quevilly samedi 26 avril

Nous nous sommes retrouvé chez Michelle dans la joie et la bonne humeur en compagnie de Florence, Delphine, Corinne, Jacques et Malka.

Nous avons planté des framboisiers, des fraisiers, de la menthe, des pieds de salade, des pommes de terre sur une plate bande de buissons éparses, dans la copropriété de Michelle qui est délimitée par un grillage.

Nous avons rencontré des voisins : certains d’entre eux ont trouvé l’idée très sympa. D’autres étaient plus sceptiques du fait que l’accord de la copropriété n’avait pas été officiellement donné. Michelle a expliqué que ce n’était qu’un échantillon pour tester dans un premier temps la réaction des habitants, avant justement que la copropriété puisse justement donner son avis en connaissance de cause.

Dans les semaines qui ont suivi, Michelle a rencontré des voisins notamment lorsqu’elle allait arroser les plants. Notamment un garçon de 8 ans environ qui jouait a proximité : cela a été l’occasion de lui expliquer la démarche.

Seulement voilà, en l’espace de 2 jours, tout a disparu. Des enfants ? Des voisins récalcitrants ? Sur le coup bien sûr, ça faisait de la peine. Mais qui ne tente rien n’a rien. L’expérience a valu le coup, elle n’a rien coûté. Nous aurons l’occasion de renouveler l’expérience en d’autres circonstances, en d’autres lieux.

L’important est de faire parler des incroyables comestibles et c’est chose réussie !

IMG_0245IMG_0243IMG_0244

1er bac de comestibles à Darnétal

Catherine et Jean-Baptiste ont installé le 1er bac de comestibles à Darnétal, a proximité de Rouen. Un article dans Tendance Ouest Rouen leur est consacré.

De même qu’un article dans Paris Normandie a été publié dans l’édition du 19 mai où tout le groupe des incroyables comestibles d’agglo rouen était présent. Ce fut par la suite l’occasion de se retrouver autour d’un petit goûter bien convivial. Lire l’article en entier :  Paris Normandie IC 19 mai 2014

Image

 

Les incroyables comestibles rejoignent « le Fil vert » du quartier Croix de Pierre

L’opération « Fil Vert » a été lancée à Croix de Pierre de Rouen en septembre 2013 pour embellir et redynamiser le quartier en mobilisant les habitants et les commerçants.

Il s’agit d’installer des bacs devant chez les habitants et les commerçants (sous réserve d’obtenir l’accord des propriétaires en cas de location), le long des trottoirs, à condition que celui-ci fasse au moins 1,40 m de largeur pour laisser passer les poussettes et fauteuils.

La mairie est informée, une réunion a eu lieu. Il est question qu’une charte encadrant ce type d’initiative éco-citoyenne et uniformisant les pratiques avec les jardins partagés, fasse très prochainement l’objet d’une délibération au conseil municipal.

L’objectif du « Fil vert » est d’installer dans ces bacs des plantes grimpantes et autres plantes, mais pas vraiment des comestibles…  D’où l’idée d’étendre l’opération aux incroyables comestibles. Le collectif mobilisateur fournit le bac et quelques plants pour initier la démarche. Les habitants/ commerçants sont invités à se procurer la bâche et la terre, afin d’apprécier leur degré d’engagement, l’entretien du bac devant être assuré. Même si bien entendu ce bac étant sur l’espace public, toute personne peut participer à cet entretien.

Des ateliers de montage de bacs ont été et vont continuer à être organisés. Toutes les informations seront publiés sur ce blog. Votre aide sera précieuse.

Les bacs seront répertoriés sur le site de Plantcatching (http://plantcatching.com/fr)    Voir la carte de Rouen et son agglo : Plantes à donner à ROUEN//

Pour plus de détails sur le- fil vert : http://www.agglorouentransition.org/fil-vert-cdp/ et http://www.agglorouentransition.org/avancee-fil-vert-croix-de-pierre/

Pour plus de détails sur la réunion avec la mairie :  CR-ReunionCdP-FilVert